La Chasse aux Sorcières et le Procès de Salem

Sur Xenites.fr, nous nous battons contre les extrémismes, c’est pourquoi je trouvais intéressant d’évoquer cette sombre période de l’histoire et son apogée.

On l’a vu avec Jeanne D’Arc, l’extrémisme religieux chrétien a créé pas mal de catastrophes à travers le monde. Dès que vous aviez le malheur de ne pas entrer dans le moule, vous étiez targué de sorcière ou on vous accusait d’avoir signé un pacte avec le Diable ou n’importe lequel de ses vassaux.
Et je ne vous parle pas des gens comme votre serviteuse qui avaient la chance d’être possédés par le Démon, ou, en langage courant d’aujourd’hui : qui avaient la migraine.

En ces temps reculés qui ont duré plus de deux siècles, les roux, les grandes, les simples d’esprits, les trop intelligents, les migraineux, les pauvres, les trop riches, j’en passe et des meilleurs, risquaient leur vie à être eux-mêmes, car une simple accusation suffisait souvent à vous envoyer à la potence.

Commençons donc par le commencement.

La Chasse aux Sorcières

Tout commence avec l’Inquisition au XIIeme siècle.

Il s’agit pour la Sainte Eglise de combattre le Mal, sachant que le Mal concerne toute personne ne croyant pas en Dieu, et par Dieu on entend bien évidemment le Dieu Unique des Chrétiens Catholiques. Autant dire que les Inquisiteurs avaient du boulot.
Toujours est-il que toute personne ne rentrant pas de le moule de l’Eglise était simplement considéré comme un hérétique et brûlé/pendu/écartelé/autre en fonction de la volonté du juge (et de son degré de sadisme, disons-le clairement).

Cependant, au début de l’Inquisition, il n’est nullement question de sorcellerie. Les procès sont majoritairement politiques et visent surtout à éradiquer les esprits un peu trop libres et les contrevenants éventuels sous couvert de foi chrétienne.

witch_malleus

Ce n’est que deux siècles plus tard, en 1326, que sorcellerie et hérésie sont finalement reliées par le pape Jean XXII et ce pour au moins trois siècles (et même plus si on en croit certains prêcheurs bien de chez nous et d’aujourd’hui).

Pendant un siècle, quelques procès de sorcières vont avoir lieux, mais rien de très important. On notera cependant Jeanne d’Arc, brûlée pour hérésie en 1431, mais sa condamnation tient plus de la politique que de la sorcellerie.

C’est en 1486 que tout commence réellement à dégénérer pour les « sorcières », avec la sortie du Malleus Maleficarum (Le Marteau des Sorcières), un traité censé expliquer la façon de vivre des sorcières et décrire en détail les Sabbats ainsi que les meilleures méthodes à employer pour reconnaître une sorcière.

A partir de là, on n’arrête plus les Inquisiteurs.
Les procès se multiplient, souvent par période et majoritairement dans l’ouest de l’Europe (France, Grande Bretagne, Italie…).

On estime entre 100 000 et 200 000 le nombre de procès entre 1480 et 1650, et le nombre d’exécutions entre 40 000 et 100 000 sur cette même période.
80% des accusés sont des femmes.

Les Accusés

witch_huntPour qu’un procès pour sorcellerie ait lieu, il fallait d’abord des accusateurs et surtout un accusé.

Les accusés parfaits étaient les marginaux, les pauvres, les homosexuels ou encore les juifs.
Bien sûr, les victimes idéales restaient les femmes qui n’avaient de toute façon pas droit à la parole. Dans certains cas, si la femme étaient reconnue coupable, ses enfants étaient tués aussi (au cas où…).

Les premières femmes visées étaient bien sûr les plus indépendantes.
Les femmes seules, sans enfant, sans mari, ou encore les guérisseuses qui connaissaient la médecine des plantes et étaient les premières appelées pour mettre au monde les bébés, et les premières condamnées quand lesdits bébés ne survivaient pas.

Pour peu que la dame ait une tendance aguicheuse et vous pouviez être sûrs qu’elle ne faisait pas long feu.
On retrouve également des jeunes filles traitées de catins et qui, à bien y regarder, ont simplement eu le malheur de se refuser au mauvais pervers.

Bien sûr, on retrouve majoritairement des pauvres, mais les riches n’étaient pas protégés pour autant, surtout quand leurs biens étaient un peu trop convoités par un autre camarade tout aussi riche et souhaitant certainement le devenir encore davantage.

Car pour avoir un procès, il faut certes un accusé, mais aussi et surtout des accusateurs.
Et ça, y’en avait un paquet !

Un prix trop élevé à la boutique du coin ? Sorcière !
Un remède qui ne marche pas ? Sorcière !
Un terrain convoité qui appartient à un autre ? Sorcière !
Une femme adultère ? Sorcière !
Le chien a grogné après son maître ? Sorcière ! (véridique, oui on a brûlé des animaux pour sorcellerie)

Tout est bon pour accuser le voisin ou la voisine (surtout la voisine), et les procès se multiplient dans toute l’Europe.

Les Habitudes d’une Bonne Sorcière

witch_goyaA en croire le Malleus Maleficarum, les sorcières se réunissent à la nuit tombée dans des clairières sombres pour danser nues autour de grands feux de joies et accueillir un Démon de leur choix, souvent cornu, souvent nu lui aussi, souvent très bien membré.

Certains jours de l’année sont plus propices à ces fêtes hérétiques, notamment les solstices, équinoxes et, bien sûr, les nuits de pleine lune (mais aussi la veille, le lendemain, et n’importe quel jour où il ne pleut pas… sauf quand il pleut).

Certaines volent, mais la plupart se contentent se marcher ou, pour les plus feignasses, de se balader à dos de bouc (apparemment c’est hyper confortable le bouc).

En dehors de ces soirées à thèmes, les sorcières s’occupent en prenant possession du corps des gens pour les obliger à faire plein de trucs qu’ils ne veulent pas, comme coucher avec la femme du voisin ou voler le pain de la grand-mère. Apparemment, ça les amuse.

Bien sûr, elles mangent des bébés au petit-déjeuner et adorent voir les gens souffrir parce que c’est trop drôle les gens qui pleurent.

Enfin, sachez que le Diable aiment particulièrement les routes qui se croisent, c’est pourquoi l’Eglise s’acharne à installer des croix et autres reliques religieuses à toutes les intersections ou presque. Paraît que ça suffit à lui faire peur (pas très courageux quand même… enfin j’dis ça…).

Comment Reconnaître une Sorcière

De nombreux ouvrages ont été publiés depuis le XVeme siècle pour expliquer à tout bon Inquisiteur comment identifier une vraie sorcière d’une fausse, et ce pour éviter les mauvais jugements, bien sûr.

On recense donc de nombreuses techniques d’interrogatoires et autres tests à faire passer aux accusées, le but étant de leur faire avouer leurs crimes afin de les purifier une fois l’affaire conclue, sachant que si elles n’avouaient pas, elles étaient purifiées quand même.

witch_torture

Beaucoup d’accusés ont d’ailleurs souvent avoué des crimes dont ils ne connaissaient même pas l’existence, uniquement pour éviter la Question.

On pouvait déjà simplement interroger les jeunes femmes (ou les vieilles d’ailleurs). Pour cela, on les enfermait dans des cachots, souvent seules, on oubliait de les nourrir ou de leur donner à boire, et de temps en temps on venait leur demander si elles avaient déjà dansé avec le Diable au clair de lune. Tant qu’elles ne disaient pas « oui », on refermait la porte et on recommençait.

Cette méthode demandait une certaine patience que beaucoup n’avaient pas, c’est pourquoi d’autres techniques ont été développées pour accélérer les choses.
Tortures, menaces… tout était permis pour dénicher la vraie sorcière.

Dans les méthodes douces, on compte aussi les questions diverses et variées dont on se rend compte qu’elles ne permettent aucune bonne réponse.
On demande par exemple aux accusées de réciter les dix commandements, sachant que la plupart n’ont jamais appris à lire.
On leur demande également si elles croient aux sorcières. Si elles répondent « non », cela signifie qu’elles rejettent les dires de la Bible et sont accusées d’hérésie. Si elles répondent « oui », on convient qu’elles connaissent des sorcières et sont donc elles-mêmes des sorcières.

Pour faire court, si vous étiez accusé de sorcellerie, vous pouviez toujours faire vos prières, ça ne servait à rien.

witch_eau

Mais il n’y a pas que les questions pour dénicher une vraie sorcière.
De nombreux traités proposent en effet des tests à faire passer aux accusées, censé être infaillibles.

Le plus connu est celui de l’eau.
Partant du principe qu’une sorcière ne peut pas couler, on attache l’accusée à une chaise, pieds et points liés, on relie la chaise à une corde, on jette l’accusée dans le lit d’une rivière suffisamment profond et on lui faire traverser. Si l’accusée remonte à la surface, c’est une sorcière, on peut la brûler. Si elle se noie, ça n’est pas une sorcière, on peut… euh… bref.

Il existe d’autres tests comme celui de l’aiguille qui consiste à piquer l’accusé dans des zones très précises du corps, en considérant qu’une sorcière ne peut pas saigner. Si l’accusé saigne, c’est bon.
Ce test aurait pu être intéressant si de nombreux escrocs n’avaient pas fait fortune en vendant aux Inquisiteurs des aiguilles qui ne piquaient pas.

witch_procesOn a encore la marque du Diable. Il suffisait de déshabiller entièrement l’accusé devant témoins et de chercher ce qui pourrait être la marque du Diable, sachant que ladite marque n’avait aucune description précise. Donc un grain de beauté, une tâche de vin ou n’importe quel bleu suffisait à déclarer l’accusé coupable.

D’autres tests plus radicaux consistaient simplement à brûler ou pendre l’accusé directement en considérant qu’une vraie sorcière s’en sortirait et qu’on pourrait donc la tuer tranquillement après. Et ceux qui ne s’en sortaient pas ? C’était la volonté de Dieu.

Le Procès de Salem

La Chasse aux Sorcière européenne a continué jusqu’au XVIIeme siècle bien que quelques sorcières aient encore été brûlées jusqu’au XIXeme.

Les Lumières, ce mouvement de philosophes cherchant à éclairer le monde, n’ont jamais vraiment pris part aux procès, ni dans un camp ni dans l’autre.
Il faut dire que les rares auteurs qui ont eu le malheur de prendre la défense des sorcières se sont vus accusés eux-mêmes de pactiser avec les Démons. Autant dire que le débat est sans fin.

C’est dans cette période mêlant grandes avancées humanistes et obscurantisme maladif que se déroule un procès qui va contribuer fortement au changement des mentalités.

Tout va se passer dans une petite ville de la côte est du Nouveau Monde, Salem Village, non loin de Salem.
En Janvier 1692, la fille et la nièce du révérend Parris agissent de plus en plus bizarrement.
Elles parlent des langues inconnues, prennent des positions étranges,crient.
Rapidement, d’autres filles commencent à faire pareil.

Les médecins interviennent sans résultat, jusqu’à ce que l’idée la plus logique soit finalement proposée et acceptée (puisque logique) : les jeunes filles sont possédées.

witch_tituba

A force de pression, elles accusent trois femmes de la communauté.
La première, Sarah Good, une mendiante dont on se méfie parce que trop bizarre pour être honnête.
La seconde accusée est Sarah Osbourne, une vieille femme alitée et sans le sou.
Enfin Tituba, l’esclave noire du révérend, qui aurait entraîné les jeunes filles du village dans d’horribles sabbats.
Quand il l’apprend, Parris frappe la jeune femme jusqu’à ce qu’elle avoue avoir rencontré le Démon et même avoir assisté à des réunions de sorcières dans la forêt. Elle nomme d’autres femmes, ce qui lui vaut d’éviter la pendaison.

Contrairement à Tituba, Sarah Good et Sarah Osbourne clament leur innocence et ce pendant les nombreux jours que dure leur interrogatoire. Sarah Osbourne meurt en prison.

Malheureusement, seule la déclaration de Tituba subsiste, et peu à peu la paranoïa et l’hystérie gagnent toute la contrée.

witch_trial

Plus de 200 personnes sont accusées de sorcellerie en moins de six mois. Des femmes, bien sûr, mais également des hommes et des enfants.
Abigail et Deliverance Hobbs, Elizabeth et John Proctor, Bridget Bishop et bien d’autres sont peu à peu accusés, soit par les mêmes jeunes filles du début qui rivalisent d’imagination quand il s’agit de trouver des accusations, soit par d’autres accusés qui tentent de se défendre.
Dorothy Good, la fille de Sarah Good, est interrogée. Ses réponses sont considérées comme trop timides. Elle est accusée et emprisonnée. Elle a quatre ans.

Fin Mai 1692, il devient indispensable de faire venir des juges pour condamner les sorcières et sorciers qui commencent à s’empiler dans les prisons du comté.
Les procès officiels commencent et avec eux les exécutions.
Bridget Bishop est la première à être pendue le 10 Juin. Elle est suivie par Sarah Good le 19 Juin.

witch_salem

Devant la détermination des juges, certains érudits comme Increase et Cotton Mather, demandent à ce qu’on supprime des témoignages tout ce qui relève du rêve et des visions.
Car oui, la plupart des témoignages consistaient surtout à dire « j’ai rêvé que Untel me faisait du mal » et hop, Untel était arrêté.
Vous trouvez ça fou ? Et bien sachez que la demande de Mather a tout bonnement été rejetée par le gouverneur. Apparemment, avoir une vision suffit à faire tuer quelqu’un à cette époque.

Et les procès continuent.
De Juin à Septembre 1692, dis-neuf personnes sont condamnées et pendues et cinq autres périssent en prison ou sous la torture. Près de deux-cents personnes ont vu leur nom sali au cours des derniers mois, et soixante condamnés attendent de connaître leur sort.

Seulement voilà, fin Septembre, une nouvelle femme est accusée de sorcellerie, et il s’agit de l’épouse du gouverneur en personne.
Là, on change la donne.
D’un coup, notre cher gouverneur réalise qu’accuser quelqu’un sur la base d’un rêve, c’est nul. Il décide de rendre ce genre d’accusation caduque, libère tous les accusés concernés (autant dire la totalité des condamnés) et annule les procès dès la fin du mois d’Octobre.

En Mai 1693, toutes les accusations de sorcellerie ont été annulées à Salem, mais c’est un peu tard. Vingt-quatre personne sont mortes.

La Sorcellerie à la Fin de l’Inquisition

On pourrait penser que ces procès sont de l’histoire ancienne. Pourtant, il arrive encore d’entendre un prêcheur ou certains religieux accuser leurs détracteurs de pactiser avec le Diable.

Le procès de Salem et la Chasse aux Sorcières ont eu lieu à des périodes dures pour les peuples, en raison des changements politiques et surtout des difficultés à vivre (famines, épidémies…). C’est souvent dans ces moments-là que les gens cherchent des coupables et que les plus faibles sont les premiers visés.

Même si beaucoup pensent que ce genre d’extrémisme est loin derrière, on retrouve pourtant encore les mêmes discours régulièrement de nos jours. Les victimes ne sont plus pendues, mais les accusations sont les mêmes. Et en ces temps de crise économique, même à l’aube du Troisième Millénaire, il est bon de se souvenir de ce que l’Homme est capable de faire quand il a peur.

Mythologie, , , , , Permalink

7 Responses to La Chasse aux Sorcières et le Procès de Salem

  1. L'historien says:

    Faut revoir les dates et plusieurs faits qui sont mal exprimer

  2. jordan says:

    bonjour! pourquoi est il important de rappeler aux gens les procès de sorcellerie, et pourquoi les épreuves sont encore important aujourd’hui? merci d’avance pour votre réponse.

    • Legendrina says:

      Bonjour,
      Je pense que la conclusion de l’article répond à ta question.
      S’il est vrai qu’aujourd’hui on ne condamne plus la sorcellerie, il y a toujours des procès d’intention et on s’acharne encore et toujours sur certaines catégories de la population (pauvres, migrants, femmes, homosexuels…) qui sont les premières condamnées en cas de crise.

      C’est vrai qu’on ne condamne plus à mort (et encore… regarde la Tchétchénie avec la chasse aux homosexuels).
      Mais même en France, on accuse sans difficulté les plus faibles d’être la cause des maux des autres. Un exemple flagrant est l’acharnement des politiques à attaquer la fraude au RSA (touché par les catégories les plus pauvres de la population) pour quelques millions d’euros quand l’évasion fiscale coûte plusieurs milliards à l’Etat.

      Aujourd’hui comme hier, on s’acharne sur les plus faibles.

  3. Sorciere says:

    Jeanne d’arc a été brûlé en 1431 ^^

  4. Sorciere says:

    Je fais mon TPE sur la sorcellerie, entre autre les procès et les chasses. Très bon site pour toutes les informations essentielles à savoir. Si ça peut aider pour certains, dans des exposés, etc… Un très bon travail en tout cas, bravo et merci, je n’ai découvert ce site que trop tard pour mon travail. 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *